BLOQUEUR DE PUBLICITÉS

Avant de continuer, nous aimerions t'informer que le site se finance désormais par la publicité, afin de maintenir un service gratuit pour tous ses utilisateurs.

Nous t'invitons donc à désactiver ton bloqueur de publicités pour pouvoir continuer.

Merci de ta compréhension. 🙂

COMMISSION DE DISCIPLINE

On t'a vu petit coquin, tu as essayé de voir le site sans désactiver ton bloqueur de publicités.

Promis, les publicités se feront aussi discrètes que possible pour ne pas perturber ton expérience.

PASSÉ
Le Trauc
Corporatif d'automne
Finale
Trémouilles
Corporatif d'automne
Finale
Le Trauc
Coupe d'automne
Manche 5
Le Trauc
Coupe d'automne
Manche 5
Le Trauc
Corporatif d'automne
Manche 5
Campuac
Corporatif d'automne
Manche 5

Archives

1989

Amical de Flavin Place aux jeunes

Avec le systême des bonifications — ou du handicap ! — les finales de concours amicaux peuvent réserver bien des surprises. Même si l'on peut discuter du bien-fondé de ce "bonus" (+2, +4, +6 suivant les catégories), cela permet aux jeunes de venir "se frotter" aux champions confirmés : c'est ainsi que lundi, à Flavin, un contingent de jeunes joueurs, juniors, cadets ou minimes, pouvait prétendre s'emparer du trophée mis en jeu tous les ans : le challenge du 1er mai.

Retenez bien ces noms, connus pour la plupart depuis quelques années : Frédéric Mouysset et Richard Cailhol (Naucelle), Stéphane Vigouroux (Inières), Sébastien Martin (Agen) et le meilleur d'entre eux à Flavin : David Labit (Magrin), vainqueur du challenge sur le score de 103 (quilles abattues) + 8 (points de bonification). Avec 111 points, il devance tous les joueurs de sa génération mais aussi André Couaillac (Rodez) en grande forme depuis le début de la saison (109).

Amical de Flavin Place aux jeunes

Avec le systême des bonifications — ou du handicap ! — les finales de concours amicaux peuvent réserver bien des surprises. Même si l'on peut discuter du bien-fondé de ce "bonus" (+2, +4, +6 suivant les catégories), cela permet aux jeunes de venir "se frotter" aux champions confirmés : c'est ainsi que lundi, à Flavin, un contingent de jeunes joueurs, juniors, cadets ou minimes, pouvait prétendre s'emparer du trophée mis en jeu tous les ans : le challenge du 1er mai.

Retenez bien ces noms, connus pour la plupart depuis quelques années : Frédéric Mouysset et Richard Cailhol (Naucelle), Stéphane Vigouroux (Inières), Sébastien Martin (Agen) et le meilleur d'entre eux à Flavin : David Labit (Magrin), vainqueur du challenge sur le score de 103 (quilles abattues) + 8 (points de bonification). Avec 111 points, il devance tous les joueurs de sa génération mais aussi André Couaillac (Rodez) en grande forme depuis le début de la saison (109).

Combiné Quilles-Bowling Marin Nogaret champion de l'Aveyron

D'excellents résultats pour cette première journée malgré une participation moyenne qui a vu un trio de Ruthénois sur le podium. En effet, Marin Nogaret bat son coéquipier Michel Chincholle de trente et un points. André Couaillac, quant à lui, se retrouve troisième à sept petits points du second. Autre Ruthénois mais chez les jeunes avec Thierry Laporte qui remporte le titre devant le Magrinol David Labit avec treize points d'avance.
Chez les féminines, pour une fois, c'est une licenciée bowling qui l'emporte. Gisèle Latieule bat les quilleuses aveyronnaises grâce à un superscore au bowling, il faut l'avouer.

Combiné Quilles-Bowling Marin Nogaret champion de l'Aveyron

D'excellents résultats pour cette première journée malgré une participation moyenne qui a vu un trio de Ruthénois sur le podium. En effet, Marin Nogaret bat son coéquipier Michel Chincholle de trente et un points. André Couaillac, quant à lui, se retrouve troisième à sept petits points du second. Autre Ruthénois mais chez les jeunes avec Thierry Laporte qui remporte le titre devant le Magrinol David Labit avec treize points d'avance.
Chez les féminines, pour une fois, c'est une licenciée bowling qui l'emporte. Gisèle Latieule bat les quilleuses aveyronnaises grâce à un superscore au bowling, il faut l'avouer.

Amical d'Espalion André Couailhac tout près du record

Favorisé par le beau temps, le challenge Jean-Mercier et le challenge des champions Carnevilliers-Sonilhac, ont été un grand succès. L'organisation était parfaite et près de 600 joueurs ont, durant ces deux journées, évolué boule et quilles en mains sur l'excellent terrain du Foirail. André Couailhac, l'Espalionnais licencié à Rodez, avec 114 quilles, a remporté le trophée. A son actif, une partie à 65 quilles avec seulement, un quatre à cinq mètres, dommage, sinon le record était battu.

Amical d'Espalion André Couailhac tout près du record

Favorisé par le beau temps, le challenge Jean-Mercier et le challenge des champions Carnevilliers-Sonilhac, ont été un grand succès. L'organisation était parfaite et près de 600 joueurs ont, durant ces deux journées, évolué boule et quilles en mains sur l'excellent terrain du Foirail. André Couailhac, l'Espalionnais licencié à Rodez, avec 114 quilles, a remporté le trophée. A son actif, une partie à 65 quilles avec seulement, un quatre à cinq mètres, dommage, sinon le record était battu.

Journée des trophées Campuac, une sacrée journée !

Débutée le jour de la fête nationale à 8 h 30, la "Journée des trophées" à Campuac, véritable marathon, a connu son apothéose avec le couronnement, en fin d'après-midi, de Christophe Recoules (Bozouls). Il faut cependant revenir sur la petite déception qu'ont éprouvée les organisateurs autour de la Coupe des champions de séries. Désireux d'apporter une occasion supplémentaire de pratiquer leur sport favori à des joueurs finissant tôt la saison, le club de Campuac avait pensé à proposer un amical sur invitations à tous les vainqueurs des districts. Le taux de réponses et de participation ne fut pas à la hauteur des espérances... "Que faut-11 aux joueurs de districts ?" se lamentait vendredi les responsables du concours. A méditer pour l'année prochaine.

Journée des trophées Campuac, une sacrée journée !

Débutée le jour de la fête nationale à 8 h 30, la "Journée des trophées" à Campuac, véritable marathon, a connu son apothéose avec le couronnement, en fin d'après-midi, de Christophe Recoules (Bozouls). Il faut cependant revenir sur la petite déception qu'ont éprouvée les organisateurs autour de la Coupe des champions de séries. Désireux d'apporter une occasion supplémentaire de pratiquer leur sport favori à des joueurs finissant tôt la saison, le club de Campuac avait pensé à proposer un amical sur invitations à tous les vainqueurs des districts. Le taux de réponses et de participation ne fut pas à la hauteur des espérances... "Que faut-11 aux joueurs de districts ?" se lamentait vendredi les responsables du concours. A méditer pour l'année prochaine.

Coupe du Midi A Sébazac, 49 doublettes pour une formule à encourager

Les dirigeants de Sébazac ont, à l'occasion de leur concours de Pentecôte, apporté une innovation avec une formule mettant aux prises des doublettes lors de la dernière demi-journée. Cette formule qui "essuyait les plâtres" cette année mérite de trouver une vitesse de croisière car le système par l'élimination directe garantit un spectacle intéressant à suivre. Rendez-vous donc l'année prochaine pour ce qui mériterait une confirmation. Le concours principal "classique" a vu s'imposer la quadrette Cazals (Le Nayrac) qui semble avoir le vent en poupe après la très belle manche de Curan (6-10), cette quadrette de jeunes réalise le score du week-end en totalisant 434 pour les deux parties disputées à Sébazac...

Coupe du Midi A Sébazac, 49 doublettes pour une formule à encourager

Les dirigeants de Sébazac ont, à l'occasion de leur concours de Pentecôte, apporté une innovation avec une formule mettant aux prises des doublettes lors de la dernière demi-journée. Cette formule qui "essuyait les plâtres" cette année mérite de trouver une vitesse de croisière car le système par l'élimination directe garantit un spectacle intéressant à suivre. Rendez-vous donc l'année prochaine pour ce qui mériterait une confirmation. Le concours principal "classique" a vu s'imposer la quadrette Cazals (Le Nayrac) qui semble avoir le vent en poupe après la très belle manche de Curan (6-10), cette quadrette de jeunes réalise le score du week-end en totalisant 434 pour les deux parties disputées à Sébazac...

Amical de Rieupeyroux Une inauguration bien arrosée à Rieupeyroux

Les cieux n'ont pas été cléments pour l'inauguration des terrains de ce club qui pourrait constituer bientôt une tête de pont des quilles vers l'Ouest. Beaucoup d'averses en ce dernier dimanche d'août auront dissuadé de nombreux joueurs, gâchant ainsi cette journée de fête.

Amical de Rieupeyroux Une inauguration bien arrosée à Rieupeyroux

Les cieux n'ont pas été cléments pour l'inauguration des terrains de ce club qui pourrait constituer bientôt une tête de pont des quilles vers l'Ouest. Beaucoup d'averses en ce dernier dimanche d'août auront dissuadé de nombreux joueurs, gâchant ainsi cette journée de fête.

Individuel MJ André Couillac (Rodez) sacré champion 1989

Organisée par le club de La Primaube sur les terrains de Luc, cette édition 89 des maîtres-joueurs, championnat individuel des joueurs Licences vertes a connu un succès remarquable tant par la qualité des scores collectifs, une cinquantaine de joueurs au-dessus de 300, que par le suspense occasionné au cours d'une lutte très serrêe entre prétendants pour un titre fort convoité. À la mi-journée, Alain Nicolas virait en tête (168) et l'on se demandait si ce joueur de Rodez allait connaître son jour de gloire en ce 16 juillet caniculaire. Peu après 16 h, un premier verdict tombait Philippe Clamens (Gabriac), joueur de la première fournée (classé 116° à l'issue du championnat), terminait sa 6e partie à 323! Dès lors, une question se posait qui irait chercher Clamens? Dès lors, une sorte de course-poursuite non contre la montre, à l'heure où Pignon perdait son maillot jaune, mais contre le score s'engageait ; à ce petit jeu, cinq hommes allaient se moniœr extraordinaires de motivation, de régularité : André Couaillac (Rodez), André Poujade (Pont-de-Salars/Prades), Alain Nicolas (Rodez), Jérôme Valenq (Huparlac) et Jacques Laporte (Flavin). II faudra attendre les ultimes coups pour connaître le champion des maîtres-joueurs en la personne d'André Couaillac (330), menacé jusqu'au bout par son habituel coéquipier Alain Nicolas (327) et par son équipier d'un jour André Poujade (327). Nous reviendrons « en détails et en images jeudi dans notre « Gazette des quilles » hebdomadaire sur les faits et gestes de cette édition 89 des maîtres-joueurs.

Individuel MJ André Couillac (Rodez) sacré champion 1989

Organisée par le club de La Primaube sur les terrains de Luc, cette édition 89 des maîtres-joueurs, championnat individuel des joueurs Licences vertes a connu un succès remarquable tant par la qualité des scores collectifs, une cinquantaine de joueurs au-dessus de 300, que par le suspense occasionné au cours d'une lutte très serrêe entre prétendants pour un titre fort convoité. À la mi-journée, Alain Nicolas virait en tête (168) et l'on se demandait si ce joueur de Rodez allait connaître son jour de gloire en ce 16 juillet caniculaire. Peu après 16 h, un premier verdict tombait Philippe Clamens (Gabriac), joueur de la première fournée (classé 116° à l'issue du championnat), terminait sa 6e partie à 323! Dès lors, une question se posait qui irait chercher Clamens? Dès lors, une sorte de course-poursuite non contre la montre, à l'heure où Pignon perdait son maillot jaune, mais contre le score s'engageait ; à ce petit jeu, cinq hommes allaient se moniœr extraordinaires de motivation, de régularité : André Couaillac (Rodez), André Poujade (Pont-de-Salars/Prades), Alain Nicolas (Rodez), Jérôme Valenq (Huparlac) et Jacques Laporte (Flavin). II faudra attendre les ultimes coups pour connaître le champion des maîtres-joueurs en la personne d'André Couaillac (330), menacé jusqu'au bout par son habituel coéquipier Alain Nicolas (327) et par son équipier d'un jour André Poujade (327). Nous reviendrons « en détails et en images jeudi dans notre « Gazette des quilles » hebdomadaire sur les faits et gestes de cette édition 89 des maîtres-joueurs.

Individuel MJ La "quintette" de la semaine

En ce dimanche de fête pour les maîtres joueurs trouver l'équipe du jour devenait un contre sens. Cependant, par le hasard des motivations et des performances, l'équipe de la semaine s'imposait de toute évidence.
Devenue pour la circonstance "quintette", et non plus quadrette, cette équipe exceptionnelle a littéralement "estomaqué" le public. Jugez plutôt de gauche à droite sur la photo : Germain Lapone (301). André Couaillac (330). André Poujade (327), Alain Nleolas et "junior" (327), Emile Grimal (306). Quels scores ! Convertis en un score habituel de quadrette ça vous ferait un 636 !! Bravo messieurs !

Individuel MJ La "quintette" de la semaine

En ce dimanche de fête pour les maîtres joueurs trouver l'équipe du jour devenait un contre sens. Cependant, par le hasard des motivations et des performances, l'équipe de la semaine s'imposait de toute évidence.
Devenue pour la circonstance "quintette", et non plus quadrette, cette équipe exceptionnelle a littéralement "estomaqué" le public. Jugez plutôt de gauche à droite sur la photo : Germain Lapone (301). André Couaillac (330). André Poujade (327), Alain Nleolas et "junior" (327), Emile Grimal (306). Quels scores ! Convertis en un score habituel de quadrette ça vous ferait un 636 !! Bravo messieurs !

Championnat de France par équipes Championnat de France : Rodez se rebiffe

Que l'on ne nous reproche pas de titrer une fois de plus avec l'Excellence ! Cette année, la compétition fut tellement serrée, tellement passionnante dans cette catégorie que nous ne pouvions commencer le compte rendu • à chaud • de ce 44e championnat de France par équipes autrement qu'avec ce coup de chapeau à l'adresse des Ruthénois de Chinchoile...
Au terme d'un bras de fer extraordinaire. les joueurs de la préfecture se sont imposés de belle manière — quelle performance de Marin Nogaret ! —devant inières et la deuxième quadrette ruthénoise (Couaillac).
Dans la catégorie Honneur, l'année de tous les bonheurs se confirme pour Limayrac : Raymond Granier et ses équipiers, avec un score qui leur aurait donné une place sur le podium d'Excellence (1 227), remportent haut la main devant Delmas (Marcillac) et des médaillés de bronze inattendus à pareille fête: Beluffi (St-Côme).
En Promotion, le Nord-Aveyron s'impose avec Laguiole et Espalion. Cette journée restera marquée d'une pierre blanche pour les Laguiolais qui réussissent le doublé champions de France Promotion et champions de France Essor. Cette superbe performance annonce-t-elle le grand réveil de la Montagne aveyronnaise ?
Au côté des jeunes et des féminines, il nous faut souligner dès aujourd'hui la chute de quatre records de France : — le record juniors en 4 parties est tombé : en l'améliorant de 6 quilles, Jérôme Majorel et Christophe Majorel (Golinhac) réalisent la surprise, l'énorme surprise des 44e championnats de France avec 413 quilles abattues. — le record Juniors en 2 parties a connu le même sort : Sébastien Boutonnet et David Labit (Magrin) pulvérisent l'ancien record de 11 quilles (223!) — le record Féminines en 4 parties a été amélioré de 8 quilles mais reste la propriété de Marie-Laure Rigal et de Christine Ferrand (Limayrac) : 360. limayrac, vous avez dit Limayrac ?
— le record Féminines en 2 parties a lui aussi connu une amélioration... d'une quille... Lui aussi, conserve les mêmes propriétaires Nadine Bruel et Martine Grimal (Arvieu).
II est bien évident que ces quelques commentaires rapides ne sauraient faire oublier notre rendez-vous hebdomadaire : La Gazette des quilles de jeudi tentera de vous faire revivre les grands moments de ce championnat 1989, en détails et en images, mais aussi d'évaluer les chances des uns et des autres pour le championnat de France individuel qui se déroulera dimanche prochain à Arvieu.

Championnat de France par équipes Championnat de France : Rodez se rebiffe

Que l'on ne nous reproche pas de titrer une fois de plus avec l'Excellence ! Cette année, la compétition fut tellement serrée, tellement passionnante dans cette catégorie que nous ne pouvions commencer le compte rendu • à chaud • de ce 44e championnat de France par équipes autrement qu'avec ce coup de chapeau à l'adresse des Ruthénois de Chinchoile...
Au terme d'un bras de fer extraordinaire. les joueurs de la préfecture se sont imposés de belle manière — quelle performance de Marin Nogaret ! —devant inières et la deuxième quadrette ruthénoise (Couaillac).
Dans la catégorie Honneur, l'année de tous les bonheurs se confirme pour Limayrac : Raymond Granier et ses équipiers, avec un score qui leur aurait donné une place sur le podium d'Excellence (1 227), remportent haut la main devant Delmas (Marcillac) et des médaillés de bronze inattendus à pareille fête: Beluffi (St-Côme).
En Promotion, le Nord-Aveyron s'impose avec Laguiole et Espalion. Cette journée restera marquée d'une pierre blanche pour les Laguiolais qui réussissent le doublé champions de France Promotion et champions de France Essor. Cette superbe performance annonce-t-elle le grand réveil de la Montagne aveyronnaise ?
Au côté des jeunes et des féminines, il nous faut souligner dès aujourd'hui la chute de quatre records de France : — le record juniors en 4 parties est tombé : en l'améliorant de 6 quilles, Jérôme Majorel et Christophe Majorel (Golinhac) réalisent la surprise, l'énorme surprise des 44e championnats de France avec 413 quilles abattues. — le record Juniors en 2 parties a connu le même sort : Sébastien Boutonnet et David Labit (Magrin) pulvérisent l'ancien record de 11 quilles (223!) — le record Féminines en 4 parties a été amélioré de 8 quilles mais reste la propriété de Marie-Laure Rigal et de Christine Ferrand (Limayrac) : 360. limayrac, vous avez dit Limayrac ?
— le record Féminines en 2 parties a lui aussi connu une amélioration... d'une quille... Lui aussi, conserve les mêmes propriétaires Nadine Bruel et Martine Grimal (Arvieu).
II est bien évident que ces quelques commentaires rapides ne sauraient faire oublier notre rendez-vous hebdomadaire : La Gazette des quilles de jeudi tentera de vous faire revivre les grands moments de ce championnat 1989, en détails et en images, mais aussi d'évaluer les chances des uns et des autres pour le championnat de France individuel qui se déroulera dimanche prochain à Arvieu.

Coupe de France Une coupe au top niveau ?

Cette coupe de France 1989 a connu dimanche au Nayrac de grands moments. A l'heure où l'on parle de plus en plus du déclin des quilles hors des limites de notre département, les confrontations entre équipes « venues d'ailleurs » et équipes aveyronnaises devraient systématiquement être encouragées, même si elles indiquent le chemin qu'il reste à parcourir. Nous disions dans notre précédente gazette que beaucoup d'énergie allait être mobilisée dans les mois et les années à venir pour réfléchir à d'éventuelles modifications concernant tel ou tel comité, pour méditer sur les faiblesses et les lacunes dans la présentation de ce sport qui reste désespérément confidentiel. Lors des états généraux des quilles (avril 1989) était évoquée cette délicate question : comment donner un aspect médiatique aux quilles ? Certaines suggestions ont été faites mais l'expérience des compétitions de cette année démontre à l'évidence qu'il est très difficile de passer à la vitesse supérieure surtout en termes de progagande, de communication et, bien sûr, de publicité. Comment expliquer qu'une épreuve intitulée championnat de France ou coupe de France ne fasse pas l'objet d'une annonce en conséquence ? En cette période estivale, il est anormal qu'aussi peu de touristes aient été attirés vers les terrains de quilles. Les moyens pour remédier à cela sont-ils si compliqués ? En tout cas, que ce soit à Arvieu ou au Nayrac, le cadre, la qualité du site et de l'accueil s'annonçaient propices à des « grandes manoeuvres » pour attirer, séduire et charmer des centaines de touristes... A notre avis, il s'agit là d'une belle occasion manquée... En ce qui nous concerne, nous pensons bien évidemment au rôle que peuvent jouer, dans cette dynamique de « communication — séduction », les Masters Centre Presse 1990. L'évolution du projet, que nous souhaitons volontairement, ambitieux pour le troisième anniversaire de l'épreuve, vous sera périodiquement restituée.
• Revenons à cette coupe de France qui a donné lieu à de fort belles empoignades. Dès le matin lors des huitièmes de finale, l'on assistait à deux rencontres particulièrement serrées : Chincholle (Rodez) se voyait accroché sérieusement par Recoules (Bozouls) et ne triomphait que d'une quille. Dans le même temps, Layrac (Lunel) affrontait la terrible quadrette des juniors de Magrin (Boutonnet, Labit, Enjalbert, Regourd) qui faisait plus que donner la réplique. Le sort venait de rapprocher les futurs finalistes : Lunel et Rodez avàient frisé l'élimination. Une autre quadrette affichait clairement ses intentions : Delmas (Marcillac) en franchissant la barre des 200 pour la première fois de la journée entendait bien aller jusqu'au bout. Les équipes de l'extérieur ne pouvaient que lutter avec des armes inférieures... Seule la quadrette de Paris II (Lacassagne) tirait son épingle du jeu (189). • Les quarts de finale nous offraient un très beau duel entre Rodez et Flavin. Il fallait toute la virtuosité de Michel Chincliniie et de Frédéric Jean-Baptiste pour venir à bout des Verts (211 à 208). Lunel connaissait quelques problèmes de carburation avant d'éliminer Limayrac (198 à 192) pendant que Marcillac continuait sur sa lancée (encore 204 !). La quadrette de Paris II, ravie d'être à pareille fête, éliminait les Laguiolais, très nettement, et accédait ainsi aux demi-finales pour tomber sur un os ! Et, de fait, en demi-finales la lutte était trop inégale entre le Goliath-Ruthénols et le David-Parisien (196 à 177). Juste à côté on se demandait si Marcillac allait tenir la dragée haute à Lunel, mals l'on sentait que les scores seraient à la mesure de nos attentes. Le capitaine marcillacois auteur d'une buffe particulièrement mal venue voyait ses chances s'envoler (215 à 204).
• Une finale royale était donc proposée au public présent, trop peu nombreux mais nous en avons déjà parlé : Lunel (champion de l'Aveyron 89) contre Rodez (champion de France 89). Cette finale allait tenir toutes ses promesses puisque ces deux quadrettes prestigieuses puisaient au fond de leurs réserves l'énergie et la concentration nécessaires pour offrir un réel spectacle : lutte serrée au coup par coup, qualité du jeu pratiqué, esprit d'équipe... tout ce que l'on aime dans les quilles de huit. Il faudra attendre le dernier coup de 20 mètres pour connaître le vainqueur : Lunel bat Rodez sur le score éloquent de 218 à 215. • Pour vous donner une idée de la qualité des parties jouées dimanche, nous avons calculé les moyennes des trois premiers, pour quatre parties disputées dans la journée. Les résultats, là encore, sont révélateurs : Lunel (208.25), Rodez (206.50), Marcillac (203.25)... Etonnant non ?

Coupe de France Une coupe au top niveau ?

Cette coupe de France 1989 a connu dimanche au Nayrac de grands moments. A l'heure où l'on parle de plus en plus du déclin des quilles hors des limites de notre département, les confrontations entre équipes « venues d'ailleurs » et équipes aveyronnaises devraient systématiquement être encouragées, même si elles indiquent le chemin qu'il reste à parcourir. Nous disions dans notre précédente gazette que beaucoup d'énergie allait être mobilisée dans les mois et les années à venir pour réfléchir à d'éventuelles modifications concernant tel ou tel comité, pour méditer sur les faiblesses et les lacunes dans la présentation de ce sport qui reste désespérément confidentiel. Lors des états généraux des quilles (avril 1989) était évoquée cette délicate question : comment donner un aspect médiatique aux quilles ? Certaines suggestions ont été faites mais l'expérience des compétitions de cette année démontre à l'évidence qu'il est très difficile de passer à la vitesse supérieure surtout en termes de progagande, de communication et, bien sûr, de publicité. Comment expliquer qu'une épreuve intitulée championnat de France ou coupe de France ne fasse pas l'objet d'une annonce en conséquence ? En cette période estivale, il est anormal qu'aussi peu de touristes aient été attirés vers les terrains de quilles. Les moyens pour remédier à cela sont-ils si compliqués ? En tout cas, que ce soit à Arvieu ou au Nayrac, le cadre, la qualité du site et de l'accueil s'annonçaient propices à des « grandes manoeuvres » pour attirer, séduire et charmer des centaines de touristes... A notre avis, il s'agit là d'une belle occasion manquée... En ce qui nous concerne, nous pensons bien évidemment au rôle que peuvent jouer, dans cette dynamique de « communication — séduction », les Masters Centre Presse 1990. L'évolution du projet, que nous souhaitons volontairement, ambitieux pour le troisième anniversaire de l'épreuve, vous sera périodiquement restituée.
• Revenons à cette coupe de France qui a donné lieu à de fort belles empoignades. Dès le matin lors des huitièmes de finale, l'on assistait à deux rencontres particulièrement serrées : Chincholle (Rodez) se voyait accroché sérieusement par Recoules (Bozouls) et ne triomphait que d'une quille. Dans le même temps, Layrac (Lunel) affrontait la terrible quadrette des juniors de Magrin (Boutonnet, Labit, Enjalbert, Regourd) qui faisait plus que donner la réplique. Le sort venait de rapprocher les futurs finalistes : Lunel et Rodez avàient frisé l'élimination. Une autre quadrette affichait clairement ses intentions : Delmas (Marcillac) en franchissant la barre des 200 pour la première fois de la journée entendait bien aller jusqu'au bout. Les équipes de l'extérieur ne pouvaient que lutter avec des armes inférieures... Seule la quadrette de Paris II (Lacassagne) tirait son épingle du jeu (189). • Les quarts de finale nous offraient un très beau duel entre Rodez et Flavin. Il fallait toute la virtuosité de Michel Chincliniie et de Frédéric Jean-Baptiste pour venir à bout des Verts (211 à 208). Lunel connaissait quelques problèmes de carburation avant d'éliminer Limayrac (198 à 192) pendant que Marcillac continuait sur sa lancée (encore 204 !). La quadrette de Paris II, ravie d'être à pareille fête, éliminait les Laguiolais, très nettement, et accédait ainsi aux demi-finales pour tomber sur un os ! Et, de fait, en demi-finales la lutte était trop inégale entre le Goliath-Ruthénols et le David-Parisien (196 à 177). Juste à côté on se demandait si Marcillac allait tenir la dragée haute à Lunel, mals l'on sentait que les scores seraient à la mesure de nos attentes. Le capitaine marcillacois auteur d'une buffe particulièrement mal venue voyait ses chances s'envoler (215 à 204).
• Une finale royale était donc proposée au public présent, trop peu nombreux mais nous en avons déjà parlé : Lunel (champion de l'Aveyron 89) contre Rodez (champion de France 89). Cette finale allait tenir toutes ses promesses puisque ces deux quadrettes prestigieuses puisaient au fond de leurs réserves l'énergie et la concentration nécessaires pour offrir un réel spectacle : lutte serrée au coup par coup, qualité du jeu pratiqué, esprit d'équipe... tout ce que l'on aime dans les quilles de huit. Il faudra attendre le dernier coup de 20 mètres pour connaître le vainqueur : Lunel bat Rodez sur le score éloquent de 218 à 215. • Pour vous donner une idée de la qualité des parties jouées dimanche, nous avons calculé les moyennes des trois premiers, pour quatre parties disputées dans la journée. Les résultats, là encore, sont révélateurs : Lunel (208.25), Rodez (206.50), Marcillac (203.25)... Etonnant non ?

Coupe des doublettes Juste une larme...

Le moment est venu de nous quitter. Après un marathon débuté le 11 mars dernier chez nos cousins de Paris, voici la dernière Radioscopie de la saison 89. Les séparations ont toujours quelque chose d'un peu tristounet mais le moral revient très vite lorsque l'on pense aux projets pour les années à venir, et en particulier les "Masters quilles Centre Presse 1990". Mais ne brûlons pas les étapes et revenons tout d'abord à la "Coupe des doublettes". Cette épreuve, pourtant inscrite au calendrier officiel, ne suscite que peu d'enthousiasme auprès des joueurs. D'année en année, le nombre de doublettes stagne, voire régresse. Le club Organisateur, Limayrac, ne sait plus au juste à quel saint se vouer... Que faire pour dynamiser une épreuve en perte de vitesse ? Les joueurs sont-ils tous démobilisés lorsque arrive l'automne ?
La victoire de la doublette Acquier (Limayrac), le père et le fils, en 2° série, faisant preuve d'une belle régularité (204+206).
L'étonnante santé des vétérans espalionnais Bélières et Rous (215+203) en 3° série.
Le nouveau titre et le nouveau record pour la doublette Bruel-Grimal (Arvieu). Nadine et Martine améliorent le record de France en quatre parties de 7 quilles (367). Nadine Bruel efface, quant à elle, le record de France individuel en quatre parties détenu par Suzanne Vigouroux depuis 1985 : 44+52+46+53, elle le porte désormais à 195.
Le bon comportement de le Richard Cailhol (cadet) et Frédéric Mouysset (Junior) de Naucelle : grâce à une manche impeccable (204) ils finissent, à égalité avec les Magrinols. Il faut cependant souligner que Sébastien Boutonnet était légèrement diminé par une blessure au-dessous de l'oeil droit après une maldresse au cours d'une partie de bilboquet ! Souhaitons-lui un prompt rétablissement. Comme l'indique la légende de notre ultime Zoom de la saison, maintenant...C'EST FINI...

Coupe des doublettes Juste une larme...

Le moment est venu de nous quitter. Après un marathon débuté le 11 mars dernier chez nos cousins de Paris, voici la dernière Radioscopie de la saison 89. Les séparations ont toujours quelque chose d'un peu tristounet mais le moral revient très vite lorsque l'on pense aux projets pour les années à venir, et en particulier les "Masters quilles Centre Presse 1990". Mais ne brûlons pas les étapes et revenons tout d'abord à la "Coupe des doublettes". Cette épreuve, pourtant inscrite au calendrier officiel, ne suscite que peu d'enthousiasme auprès des joueurs. D'année en année, le nombre de doublettes stagne, voire régresse. Le club Organisateur, Limayrac, ne sait plus au juste à quel saint se vouer... Que faire pour dynamiser une épreuve en perte de vitesse ? Les joueurs sont-ils tous démobilisés lorsque arrive l'automne ?
La victoire de la doublette Acquier (Limayrac), le père et le fils, en 2° série, faisant preuve d'une belle régularité (204+206).
L'étonnante santé des vétérans espalionnais Bélières et Rous (215+203) en 3° série.
Le nouveau titre et le nouveau record pour la doublette Bruel-Grimal (Arvieu). Nadine et Martine améliorent le record de France en quatre parties de 7 quilles (367). Nadine Bruel efface, quant à elle, le record de France individuel en quatre parties détenu par Suzanne Vigouroux depuis 1985 : 44+52+46+53, elle le porte désormais à 195.
Le bon comportement de le Richard Cailhol (cadet) et Frédéric Mouysset (Junior) de Naucelle : grâce à une manche impeccable (204) ils finissent, à égalité avec les Magrinols. Il faut cependant souligner que Sébastien Boutonnet était légèrement diminé par une blessure au-dessous de l'oeil droit après une maldresse au cours d'une partie de bilboquet ! Souhaitons-lui un prompt rétablissement. Comme l'indique la légende de notre ultime Zoom de la saison, maintenant...C'EST FINI...

Trophée écureuil Fernand Boissonnade succède à Marin Nogaret

La semaine dernière dans les locaux du siège social de la Caisse d'Epargne, avait lieu la traditionnelle cérémonie consacrant les joueurs (et les joueuses) les plus réguliers, les plus assidus. Créé en 1983, ce trophée a été remporté 5 fois par des joueurs ruthénois. Cette année Fernand Boissonnade (Rodez) succédait à son coéquipier Marin Nogaret et recevait le trophée en présence de MM. Deshons et Guitard. Tous les joueurs figurant au palmarès des différentes catégories avaient fait le déplacement, ce qui nous a donné l'occasion de prendre cette photo de famille.

Trophée écureuil Fernand Boissonnade succède à Marin Nogaret

La semaine dernière dans les locaux du siège social de la Caisse d'Epargne, avait lieu la traditionnelle cérémonie consacrant les joueurs (et les joueuses) les plus réguliers, les plus assidus. Créé en 1983, ce trophée a été remporté 5 fois par des joueurs ruthénois. Cette année Fernand Boissonnade (Rodez) succédait à son coéquipier Marin Nogaret et recevait le trophée en présence de MM. Deshons et Guitard. Tous les joueurs figurant au palmarès des différentes catégories avaient fait le déplacement, ce qui nous a donné l'occasion de prendre cette photo de famille.